Défilivres 2017 : Un livre que je ne lirais jamais

IMG_5483

 

Bagatelles pour un massacre est le deuxième pamphlet de Louis-Ferdinand Céline qu’il rédige durant le deuxième semestre de l’année 1937.
Robert Denoël publie Bagatelles pour un massacre en décembre 1937 (il sera vendu à 75 000 exemplaires), mais en mai 1939, le décret Marchandeau oblige l’éditeur à retirer de la vente les deux pamphlets L’École des cadavres et Bagatelles pour un massacre. Robert Denoël le rééditera à deux reprises pendant l’occupation nazie, en 1942 puis en octobre 1943, dans une édition augmentée de vingt photographies hors-texte, dont certaines semblent avoir été fournies par la Propaganda Staffel2. L’ouvrage est un best-seller pour l’éditeur, et Bagatelles pour un massacre est, avec Les Décombres de Lucien Rebatet, l’un des titres qui se vendent le mieux sous l’occupation.

Publié dans Auteurs, J'aime pas, Lectures, DéfiLivres | Laisser un commentaire

Défilivres 2017 : Un livre avec un animal dans le titre

IMG_5482

 

Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d’une enquête sur un assassinat commis à Edimburg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas revenu depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi vient d’y être découvert. Cependant, dès l’autopsie effectuée par le médecin légiste, Fin ne croit plus à un lien entre les deux affaires.
Sur cette île tempétueuse du nord de l’Ecosse, couverte de landes, où l’on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin retrouve les acteurs de son enfance, à commencer par Ange, chef tyrannique de la bande dont il faisait partie. Marsaili, son premier amour, vit aujourd’hui avec Artair. Ce même Artair dont le père a perdu la vie en sauvant celle de Fin lors de l’expédition qui, chaque année, depuis des siècles, conduit une douzaine d’hommes sur An Sgeir, rocher inhospitalier à plusieurs heures de navigation, pour y tuer des oiseaux nicheurs.
Que s’est-il passé il y a dix-huit ans entre ces hommes, quel est le secret qui pèse sur eux et ressurgit aujourd’hui ?

Publié dans Auteurs, DéfiLivres, J'aime, Lectures | Laisser un commentaire

Défilivres 2017 : Un livre qui se passe dans un endroit que tu connais

IMG_5480

 

Dans un Belfast livré aux menaces terroristes, les habitants d’Eureka Street tentent de vivre vaille que vaille. Chuckie le gros protestant multiplie les combines pour faire fortune, tandis que Jake le catho, ancien dur au coeur d’artichaut, cumule les ruptures. Autour d’eux, la vie de quartier perdure, chacun se battant pour avancer sans jamais oublier la fraternité.

Publié dans Auteurs, DéfiLivres, J'aime, Lectures | Laisser un commentaire

Défilivres 2017 : Le livre de cuisine favori

IMG_5479

 

Recette culinaires

et

hygiène alimentaire

Huitième édition

Ouvrage édité par le département de l’instruction publique du canton de Neuchâtel

avec la collaboration fr Mlles Bourquin, ch. Evard et de quelques maîtresses ménagères du canton de Neuchâtel

-1950-

Publié dans DéfiLivres, J'aime | 2 commentaires

Défilivres 2017 : Un livre féministe

IMG_5477

 

Jean Diwo est né faubourg Saint-Antoine. Le chuintement de la scie à refendre, le doux sifflement de la varlope et l’âcre parfum de la colle bouillonnante, il connaît. Depuis longtemps, il rêvait d’écrire le fabuleux roman de cette grande artère parisienne où les chariots de l’Histoire n’ont cessé de rouler. Dans ce cadre sculpté au ciseau et à la gouge, il a tissé au petit point le récit de la vie pleine, généreuse, souvent aventureuse des abbesses de Saint-Antoine-des-Champs et de leurs amis et protégés, les compagnons du bois, descendants des bâtisseurs de cathédrales. Il y a peint les artisans, les nobles, les bourgeois et surtout les femmes de tout rang qui ont su engendrer, dans l’amour, la prière, l’intelligence et le sacrifice, de ces familles qui, par le jeu des alliances, des héritages et du talent, forment depuis Louis XI une chaîne ininterrompue, soudée par l’amour du bois, matériau noble et magique. Jean Diwo a brassé cette pâte humaine, gonflée au levain de l’Histoire, pour en faire un roman captivant chargé d’amour, de drames et de joies, dont la tonalité est gaie parce que les hommes et surtout les dames du Faubourg ne sont pas moroses.

Publié dans Auteurs, DéfiLivres, Lectures | Laisser un commentaire

Défilivres 2017 : Un livre des années 80

IMG_5474

 

L’histoire abominable et drolatique de Jean-Baptiste Grenouille a déjà fait rire et frémir, en quelques mois, des centaines de milliers de lecteurs allemands et italiens. La voilà, en somme, réimportée en France, puisque c’est ici qu’elle se passe, à Paris et en Provence, en plein XVIII siècle.

Ce vrai roman, ce roman d’aventures, est aussi un merveilleux conte philosophique à la Voltaire. Il y est d’ ailleurs beaucoup question d’essences…

Car l’odeur était sœur de la respiration. Elle pénétrait dans les hommes en même temps que celle-ci ; ils ne pouvaient se défendre d’elle, s’ils voulaient vivre. Et l’odeur pénétrait en eux jusqu’à leur cœur et elle y décidait catégoriquement de l’inclinaison et du mépris, du dégoût, de l’amour et de la haine. Qui maîtriserait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes.

Publié dans Auteurs, DéfiLivres, J'aime, Lectures | 2 commentaires

Défilivres 2017 : Un écrivain du bout du monde

IMG_5472

 

Christchurch, Nouvelle-Zélande. Joe Middleton contrôle les moindres aspects de son existence. Célibataire, aux petits soins pour sa mère, il travaille comme homme de ménage au commissariat central de la ville. Ce qui lui permet d’être au fait des enquêtes criminelles en cours. En particulier celle relative au Boucher de Christchurch, un serial killer sanguinaire accusé d’avoir tué ces dernières semaines sept femmes dans des conditions atroces. Même si les modes opératoires sont semblables, Joe sait qu’une de ces femmes n’a pas été tuée par le Boucher de Christchurch. Il en est même certain, pour la simple raison qu’il est le Boucher de Christchurch.
Contrarié par ce coup du sort, Joe décide de mener sa propre enquête, afin de démasquer lui-même le plagiaire. Et, pourquoi pas, de lui faire endosser la responsabilité des autres meurtres. Ayant accès à toutes les données de la police, il va d’abord se concentrer sur cette « septième victime » pour tenter de connaître le mobile du tueur. Il lui faudra ensuite savoir comment l’homme qu’il cherche a pu avoir connaissance de son mode opératoire dans les moindres détails, au point de leurrer les forces de l’ordre. Se mettre dans la peau du tueur, en quelque sorte : ça, il connaît !

Publié dans Auteurs, DéfiLivres, Lectures | 2 commentaires