Défilivres 2017 : Une chronique sociale

IMG_5496

 

1984 : Margaret Thatcher est au pouvoir, les mineurs sont en grève. « Deux tribus entrées en guerre », pour reprendre un tube célèbre. A Coldwell, cité minière du Nord, les mineurs ont lutté quasiment jusqu’à la mort, mais ça n’a pas suffi : manipulant l’opinion, recourant à la violence policière, les Tories avaient, à l’époque, méthodiquement cassé les reins du mouvement ouvrier. Pour les vaincus, le prix de la défaite sera exorbitant : vingt ans plus tard, Coldwell est une ville sinistrée, gangrenée par tous les fléaux sociaux. Histoire d’un affrontement impitoyable aux conséquences dévastatrices, histoire de criminels qui prospèrent sur la misère, histoires d’amour contrariées, tragiques, mais aussi poignantes, Né sous les coups est la fresque de tout un monde mis à terre qui lutte pour survivre, sur deux générations, baignant dans la musique anglaise des années 70 et 80.

Originaire du nord de l’Angleterre, Martyn Waites s’est passionné pour le théâtre, puis pour le roman noir sur les pas d’Ellroy, Burke, Izzy ou Crumley, et surtout de Ted Lewis et de Robin Cook, dont il épouse nombre de thématiques.

Advertisements
Cet article a été publié dans Auteurs, DéfiLivres, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Défilivres 2017 : Une chronique sociale

  1. mhf le blog dit :

    Ca a l’air fort 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s