Le concert de l’année

 

L’age et les tarifs étant en constante augmentation, je ne fréquente presque plus les salles de concerts.

 

En mai j’étais allée écouter l’excellent David Eugène Edwards à la maroquinerie et j’en étais ressortie avec cette évidence à la Roger Murtaugh « je suis trop vieille pour ces conneries là. »

Rester debout plusieurs heures durant dans une foule qui pue, dans une salle surchauffée, c’est plus pour moi.

 

Samedi dernier ma curiosité m’a poussé vers la programmation du Montreux jazz festival où parmis une pleïade de pointures se produisaient Derek Trucks et son épouse Susan Tedeschi. L’envie me prend donc de visionner le DVD du Crossroads festival où le couple génial s’était produit auprès de mon british grateux préféré.

Après une nouvelle fouille du net, je découvre que les 2 ricains sont de passage à Paris dans la semaine.

Ni une ni deux, oubliant ma sciatique, mon obligation de repos et ma promesse de ne plus assister à un concert debout, je saute sur le téléphone, appelle le frangin bluesman pour l’embarquer sans aucune résistance dans mon élan d’euphorie. Je fonce sur la billeterie en ligne et en deux minutes me voila propriétaire des ticksons pour le concert du Trucks & Tedeschi Band !

Le lendemain je cours ventre à terre acheter l’album Revelator dudit band et qui est sorti depuis quelques semaines sans que personne n’ait daigné m’en avertir. 

 

Dès la première écoute, plus aucun doute, je suis face à du costaud. Une voix divine couplée à un surdoué de la six cordes, le tout enveloppé dans des percussions et des cuivres (un peu timides) de très haute qualité.Un excellent clavier qui n’est pas sans rappeler Billy Preston.

 

Hier soir donc, j’étais au Trianon accompagnée du frangin pour écouter la messe.

 

 

 

 

Première partie assurée par Robert Randolph and the family band, le roi de la pedal steel guitar accompagné entre autre de son excellent bassiste Danyel Morgan, met déjà le feu à la salle avec sa funky soul ultra tonique. C’est la deuxième fois que je vois ce type et c’est toujours aussi bien.

Un grand moment, on en oublie presque pour qui on est venu tellement ça groove.

 

Arrive ensuite Miss Tedeschi, son petit génie de mari Derek Trucks accompagnés de neuf musiciens : Un clavieriste, un bassiste, deux batteurs, deux choristes, un saxo, une trompette et un trombone, rien que ça !

Et là c’est parti pour une heure et demie de Blues, de soul, de folk et surtout de débouchage d’écoutilles.

Une ambiance délirante sur scène, un Derek bien moins introverti qui commande sa troupe au doigt et surtout à l’oeil, une Susan divine et puissante mais retenue, qui ne lance jamais son solo sans l’aval du leader (sur scène c’est lui le patron), une section cuivre endiablée et de furieux duos aux batteries. Ca pête de partout, ça envoie du très lourd, les solos sont ahurissants !

 

ENORME !

 

La set list est principalement composée des titres de Revelator auxquels se rajoutent un monstrueux Anyday de Derek and the Dominos et quelques standars de Rythm’ n’ Blues des familles.

 

Je ne sentais plus mes jambes, j’avais mal partout mais ça aurait pu encore durer, je serais restée ! 

Un petit veinard a eu le privilège de se faire signer sa guitare par Derek Trucks, geste ô combien sympathique. J’espère juste que ça n’etait pas une simple Squier qui se retrouvera dès aujourd’hui sur un site d’enchères en ligne  !

 

 Bouddha si tu m’entends, j’ai une requête pour toi :

je voudrais bien, pour ma prochaine vie, être réincarnée en Susan Tedeschi. Juste pour avoir sa voix, son jeu et un mari aussi talentueux.

 

 

 

 

Cet article a été publié dans On sort. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s