La liste de Georges Perec

 

Mercredi je reprend le chemin de l'atelier d'écriture. Chic, je vais souffrir.

Pour patienter jusqu'à la rentrée, Nadine nous a proposé un extrait de Je suis né de Georges Perec dans lequel l'auteur propose "Quelques-unes des choses qu'il faudrait que je fasse avant de mourir." L'idée étant d'établir notre propre liste.

A l’instar de Georges Perec, j’ai moi aussi une liste de choses qu’il faudrait que je fasse avant de mourir.

Faut-il que je fasse ou ai-je envie de faire ?

Cette notion de « falloir… devoir… » me rebute. Finalement, à bien y réfléchir, je ne vois pas ce que je devrais faire. Ma liste prend donc un chemin détourné et devient la liste des choses que j’aimerais faire avant de mourir. Voilà qui m’est plus confortable.

J’aimerais retourner aux Etats Unis. J’aimerais faire la route du Blues. Aller m’enchainer aux racines sèches et tortueuses de cette divine complainte. Mon voyage commencerait à Chicago puis descendrait à travers le Tennessee, l’Arkansas, le Mississipi et la Louisiane jusqu’à La Nouvelle Orléans où je boirais à la source du chant sacré.

 

J’aimerais faire du sport, j’aimerais courir mais sans aucune fatigue. Il n’est pas question que je souffre le martyre dès la première foulée. Non, ce que je veux c’est courir, pas apprendre à courir !

 

Il faudrait, ah oui là il faudrait que j’arrive à dormir une nuit entière d’un vrai sommeil. Un sommeil naturel sans aucune aide chimique. Qu’est ce que ça doit être bien de dormir naturellement !

 

J’aimerais avoir le temps de lire les mémoires de Charles de Gaulle et celles de Winston Churchill. Ca fait des années que j’y pense. Je ne vois pas bien ce que cela m’apporterait, ça ne changerait pas ma vie. Ces deux là m’appellent et me captivent.

 

J’aimerais aller à Strasbourg et voir le château du Haut-Koenigsbourg. Aller à Saint Pétersbourg au mois de juin pour voir les nuits blanches.

 

Porter un kimono traditionnel avec tout le rituel que l’habillage comprend bien entendu.

 

Parler anglais, espagnol, italien, japonais, allemand, grec, russe, portugais et finnois. Là encore, j’ai dit parler, je ne veux pas apprendre ça prend trop de temps !

 

Passer une journée à Hauteville House à Guernesey et y croiser son illustre fantôme.

 

Descendre un pack de bières devant un match de foot en compagnie de David Beckham. Comment ça, je vais trop loin ?

 

Faire une retraite silencieuse, reprendre des cours de chant, vider ma cave et jouer de la guitare.

 

Me brûler à l’étincelle d’une idée de livre, m’enfermer dans une vielle maison au bord de la mer pour écrire, déchirer, réécrire, pleurer, douter, picoler, fumer, recommencer, construire, détruire, fonder, étayer, édifier et enfin accoucher d’un roman génial.

 

Manger des myrtilles pour préserver ma vue afin de pouvoir lire jusqu’à mon dernier souffle.

La liste de Georges Perec
Cet article a été publié dans Ecriture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La liste de Georges Perec

  1. MHF dit :

    Chouette tu es de retour… J’aimerai aller avec toi … là et là et là aussi Eclate toi Bises

    J'aime

  2. Cathy dit :

    Viens on y va !

    J'aime

  3. MHF dit :

    On s’organise…. 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s