Torturez l’artiste !

 

 

 

Je suis rentrée de vacances la valise blindée de lectures en tout genre. J’avais partagé avec vous la liste de ce qui me tiendrait compagnie durant trois semaines estivales et comme à l’accoutumée, je n’ai pas du tout suivi ce que j’avais prévu.

Je vais essayer de vous présenter les livres qui ont accompagné mes siestes, mes fins de soirée et mes fugues loin des humains.

 

Une amie m’a prêté Torturez l’artiste ! de Joey Goebel

 

Torturez l'artiste !

Quatrième de couverture :

 

Les Etats-Unis sont en mal de chefs-d’oeuvre. L’influent Lipowitz fonde une société destinée à repérer au berceau des génies propres à régénérer l’art américain. Le principe est simple : l’activité artistique s’étant toujours nourrie de la souffrance, à chaque prodige en herbe est attribué un manager chargé de transformer sa vie en cauchemar. Harlan, jeune musicien et critique à la dérive, chaperonne le petit Vincent que la vie a doté de talents exceptionnels, d’une mère nymphomane et fauchée, d’un physique ingrat et d’une affreuse fratrie. Harlan veille à enrichir ce terrain prometteur en multipliant les interventions traumatisantes.

 

Dans la tradition du Monde selon Garp, avec un humour décapant, Joey Goebel épingle l’industrie du divertissement. Une critique au vitriol de l’Amérique d’aujourd’hui.

Mon avis :

 

 

Faut-il souffrir pour avoir du talent ? J’ai tendance à préférer les artistes un peu, voire très torturés à ceux bien portants. Ai-je pour autant raison ?

Faut-il déglinguer la vie d’un enfant potentiellement brillant pour qu’il produise une oeuvre géniale ? Pour la fondation « Nouvelle Renaissance », qui ressemble à s’y méprendre à une puissante secte, la réponse est oui. Vincent ,petit génie perdu dans une famille de cinglés va être coupé de tout repère afin de suivre les enseignements de Harlan, préposé à lui pourrir la vie, l’empêcher d’être heureux afin qu’au fil des ans et des malchances, cette graine d’artiste torturé ne puisse que créer la meilleure oeuvre possible puisée dans son profond mal-être. Vincent écrit, compose, scénrise ce qui va réveiller l’art. Cet art ensuqué dans la médiocrité, la bêtise et l’argent.

J’ai bien aimé la lecture de cette critique acerbe de l’univers du divertissement bas de gamme dont les médias s’emparent pour nourrir nos pauvres cervelles d’incultes. C’est drôle, c’est méchant, c’est tendre. Gare à la manipulation, elle pourrait bien prendre les chemins de traverse.

 

La conclusion du livre pourrait être suggérée par Léonard de Vinci : Piètre disciple qui ne surpasse pas son maître.

 

Je suis vraiment désolé d’avoir à te le dire, mais tu ne seras jamais heureux.

1ere phrase du livre

Publicités
Cet article a été publié dans Week-end lecture. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Torturez l’artiste !

  1. MHF dit :

    Je l’ai lu il y a longtemps, cela m’avait troublée 😉

    J'aime

  2. emerancega dit :

    Ça semble intéressant comme lecture.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s