Dans les embouteillages

 

 

Nous sommes mercredi et voici donc, comme chaque semaine, ma contribution au groupe des Premières fois.

Vous vous souvenez qu’avec MHF, Papiluc, lilith, joufflette, Emma, Sandrine Justine et ceux qui passent, nous vous dévoilons chaque semaine une première fois. Venez participer vous aussi ! 

Vous pouvez participer sur vos blogs ou dans les commentaires.

Nous en appelons à votre imagination pour nous proposer des sujets de « premières fois ». A votre bon coeur m’ssieurs dames !

Toujours dans l’actualité estivale, Zette et MHF, proposent cette semaine le thème: Premier embouteillage et par extension, départ en vacances.

De départs en vacances, je n’ai pas de bons souvenirs. Petite mais déjà stressée sans le savoir, je vidais mon estomac dans mon lit chaque veille de départ. Je réitérais cette vidange à chaque veille de rentrée scolaire. Que voulez-vous, je n’aime pas le changement.

En réfléchissant à ce que j’allais bien pouvoir vous raconter, je me suis souvenue du seul embouteillage qui m’ait marqué et c’était lors d’un départ en vacances. J’étais déjà jeune adulte, j’en avais terminé avec mes angoisses vomitives. Je partais sur l’île d’Oléron avec une copine. Nous étions parties dans la nuit afin d’éviter une sortie de capitale compliquée. Près de Nantes, sur l’autoroute, nous avons été stoppées dans un embouteillage monstre qui nous a valu d’admirer à notre aise le lever du soleil. Ce jour qui se levait avait un goût amer car nous ne pouvions absolument pas sortir de ce pétrin routier. L’autoroute avait été fermée dans le sens inverse et nous étions tous bloqués sur quatres voies.

Lorsqu’au bout d’une interminable attente, les moteurs ont pu redémarrer, nous avons aperçu au loin dans les premiers rayons du soleil, des grappes de girophares noyées dans une épaisse fumée. Nous avons été priés de sortir de l’autoroute afin que les véhicules de secours et de dépanages puissent agir. A quelques kilomètres devant nous, alors que nous pestions dans la voiture, trois véhicules avaient été accidentées. Lorsque nous sommes passés, il ne restait que des carcasses calcinées, des camions de pompiers et des ambulances.

Je n’ai jamais su si les passagers de ces voitures s’en étaient sortis mais sur le coup je n’ai pas imaginé un instant que les secours aient pu sortir quelqu’un vivant de ce brasier.

 

jaune-moche-lagarfeld-gilet.png

 

Soyez prudents, soyez patients, bonnes vacances à tous.

Publicités
Cet article a été publié dans Première fois. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Dans les embouteillages

  1. Lilith dit :

    J’allais dire que les embouteillages, si on est  bien accompagnée, ça passe tout seul. Mais la fin de ton article me rempli d’une certaine angoisse…

    J'aime

  2. Zette dit :

    Outch, et de se dire que peut-être, les vacances, pour ces conducteurs, ont été gâchées…

    J'aime

  3. MHF dit :

    C’est mieux de ne pas savoir pourquoi il y a bouchon…. Sur le periph j’ai toujours peur quand je vois des motards à terre… Bonne suite de vacances  

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s