La nuit je mens

 

 

Nous sommes mercredi, voici donc, comme chaque semaine, ma contribution au groupe des Premières fois.

Vous vous souvenez qu’avec MHF, Papiluc, lilith, joufflette, Emma, Sandrine Justine et ceux qui passent, nous vous dévoilons chaque semaine une première fois. Venez participer vous aussi ! 

Vous pouvez participer sur vos blogs ou dans les commentaires.

 

Le thème de la semaine nous a été proposé par MHF : La première fois où l’on a menti.

 

La nuit je mens, je prends des trains à travers la plaine

La nuit je mens, je m´en lave les mains.

J´ai dans les bottes des montagnes de questions

Où subsiste encore ton écho

Où subsiste encore ton écho…

 

Délicat sujet que le mensonge … C’est sans doute parce que je voue un mépris profond pour les menteurs que je ne supporte pas les mensonges et que par conséquent, je ne mens pas.

Sans être paranoïaque, je pense que je peux assez facilement reconnaître un mensonge quand il m’est présenté. S’active alors un doute suivi d’une analyse de l’information qui, si elle s’avère délibérément fausse entraine une mise à l’écart de son auteur. Lorsque le mensonge est de qualité et que je n’y vois que du feu, j’ai le sentiment de trahison qui vient ricaner à mon oreille. Car enfin quel peut-être l’intérêt d’un mensonge ?

Je parle ici du mensonge le plus courant, la fausse information, l’affabulation, la tromperie. J’ai un peu plus de tolérance pour le mensonge par omission qui peut permettre d’éviter un conflit. Toute vérité n’est pas bonne à dire mais il me parait plus honnète de taire plutôt que de mentir.

Certains psy s’accordent sur le fait que le mensonge peut être constructif et le bannir totalement relève d’un déséquilibre social en conséquence de quoi, je suis une déséquilibrée.

Je fonctionne sur le mode de l’authenticité qui je l’accorde, n’est pas idéal pour mes proches quoique je sache tenir ma langue quand c’est nécessaire. Mon fils sait depuis longtemps que ses tentatives de mensonges sont vouées à l’échec et surtout ouvertes aux représailles. Les gens qui m’ont menti savent que je le sais.

Je pense néanmoins qu’être un menteur relève d’une très grande maîtrise de soi et d’un charisme hors du commun. Il suffit de voir œuvrer nos dirigeants et les ténors du barreau.

Il y a pourtant quelqu’un à qui je mens parfois. Je me mens à moi-même. Quand la situation ne me convient pas, il m’arrive de changer mon angle de vue, d’en prendre un bien moins objectif et de me raconter des histoires. L’avantage c’est que j’en suis consciente et que je peux régler mes comptes en toute intimité sans causer le moindre malentendu.

Il y a quelques années, je gribouillais quelques pensées sur un carnet et je me souviens de ce que j’avais écrit au sujet des mensonges :

 

Le mensonge est comme un boomerang, si tu ne le maîtrises pas, il te reviendra dans la figure.

 

Bashung-la-nuit-je-ment.jpg

 

La première pensée qui m’est venue en entamant ce billet, c’est la merveilleuse chanson d’Alain Bashung et Jean Fauque dont je vous glisse quelques mots au début du billet.

Publicités
Cet article a été publié dans Première fois. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La nuit je mens

  1. MHF dit :

    Quelle belle chanson L’image du boomerang est bien aussi… Je crois que je n’ai pas tout dit dans mon article 😉 Pas facile comme sujet mais ton analyse me plait. Bonne soirée

    J'aime

  2. Cathy dit :

    Oui très belle chanson, j’aime beaucoup Bashung. Merci Marie-Hélène.

    J'aime

  3. Lilith dit :

    Se mentir à soi-même, y’a rien de plus facile, mais aussi rien de plus destructeur…

    J'aime

  4. Cathy dit :

    C’est pas faux Lilith, c’est pas faux …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s