Heureux qui comme Ulysse …

 

 

Nous sommes mercredi, voici donc, comme chaque semaine, ma contribution au groupe des Premières fois.

Vous vous souvenez qu’avec MHF, Papiluc, lilith, joufflette, Emma, Sandrine et ceux qui passent, nous vous dévoilons chaque semaine une première fois.

 

Vous pouvez participer sur vos blogs ou dans les commentaires et si vous voulez rejoindre nos rangs, vous serez les bienvenus.

 

Le thème de la semaine c’est le premier voyage lointain. 

 

J’avais 14 ans. Mes parents voulaient partir en Norvège faire une croisière dans les fjords et puis au moment de réserver le voyage, ils ont changé la destination. Nous nous envolerions pour une petite île française en Amérique du Nord où ma mère avait vu le jour et où elle n’avait pas reposé le pied depuis 40 ans.

Destination Saint-Pierre-et-Miquelon !

Quel périple ! J’avais déjà goûté aux joies aéronautiques lors d’un voyage en Corse. Je savais que ce mode de transport ne me plaisait qu’à moitié. Certes, rapide mais tout ce vide sous mes pieds, brrrr !

Nous avons décollé de Roissy Charles de Gaulle pour Londres dans un Boeing 747 de la TWA à destination de San Francisco. A l’escale de Londres, nous avons pris place à bord d’une Caravelle de Air Canada qui nous a fait traverser l’océan Atlantique et qui nous a déposés sur le sol canadien à Halifax en Nouvelle Ecosse. Après quelques heures d’attente, nous sommes repartis sur un avion plus petit jusqu’à la petite ville de Sydney au bout de la presqu’île de Cap Breton. Nous avions volé toute la journée, la nuit tombait quand nous sommes arrivés dans un motel que mes parents avaient réservé. Le voyage n’était pas encore terminé !

Le lendemain matin, pas le temps de trainer et de visiter les environs pourtant si verdoyants! Un taxi nous a ramené à l’aéroport de Sydney où nous avons attendu notre dernier vol avant de toucher au but de notre voyage. Un petit avion 10 places de la compagnie Air Saint Pierre a décollé des côtes canadiennes pour enfin nous déposer sur ce petit bout de France, cette terre tant attendue de ma maman où un comité d’accueil composé du meilleur ami de mes parents et de deux cousins nous attendait.

Au terme de 36 heures de voyage et de 6000 km parcourus, nous étions en vacances, c’était surréaliste !

A l’issue de ce merveilleux séjour, il a fallu rentrer à Paris. Seulement voila, la compagnie Air Canada était en grève, ce qui n’a pas vraiment simplifié notre retour. Nous avions décollé de Saint Pierre dans l’après midi pour sydney puis nous avions eu notre correspondance pour Halifax où là, plus aucun avion ne décollait pour l’Europe.

Mes parents ne parlant pas anglais, mon niveau scolaire de 4e fût notre seul moyen de communication avec l’autochtone. Si vous avez un adolescent, imaginez-vous à sa merci dans un monde où lui seul peut comprendre le vocabulaire de base et ce, quand il est bien luné et à la condition exclusive que vous ne le fassiez pas chier !

Je ne sais pas comment on s’en est tirés.

Après une nuit dans un hôtel où j’ai pu voir une piscine extérieure avec une inscription au fond (oui oui comme dans les vieux films !), la compagnie aérienne nous a proposé de nous envoyer à Montréal où nous aurions une chance de trouver un vol pour la France. Le transfert était prévu pour l’après-midi mais impossible de s’éloigner de l’aéroport, les vols pouvaient changer à tout moment. C’est long une journée dans un aéroport même quand on va se goinffrer de cheeseburgers pour tromper l’attente.

L’après midi est devenue soirée et vers 22 heures, nous avons pris place dans un avion à destination de Montréal. Nous étions à des places séparés mes parents et moi et j’ai voyagé à coté d’un canadien malheureusement francophone qui n’aimait pas non plus les voyages aériens. Il faisait nuit, il pleuvait, l’orage menaçait et ce charmant monsieur à passé le vol a me raconter des crashs aériens !

Nous avons atterris sans encombre à Montréal Dorval, là, nous avons du prendre une navette pour un autre aéroport, celui de Mirabel. Il était tard, nous étions partis depuis deux jours et nous étions toujours sur le sol nord américain.

Nous avons passé la nuit sur les sièges de la salle d’embarquement flambant neuve pour découvrir au petit matin au travers des baies vitrées qu’un superbe hôtel nous tendait les bras. Après plétore d’échanges téléphoniques avec les divers acteurs de notre voyage, il a été décidé que nous serions pris sur un vol British Airways à destination de Londres le lendemain. Nous sommes allés jeter les valises dans une chambre du chateau de Mirabel, nous avons pris un taxi et sommes allés visiter la ville de Montréal. C’était mon premier contact avec une grande ville américaine et je crois bien que c’est grâce à cet interminable voyage que j’ai pris goût au tourisme urbain.

Le lendemain, comme prévu, un Airbus A300 de la British Airways nous ramenait en Europe. Mais pas chez nous ! 

Nous avons du une fois de plus changer d’aéroport à Londres mais pour aller de Heathrow à Gatwick, on ne passe pas par la ville, je n’ai donc à ce jour toujours rien vu de Londres. 

Comme nous commencions à en avoir l’habitude, aucun avion n’était en partance pour Paris et nous avons une fois de plus passé la nuit dans la salle d’embarquement avant de trouver un vol le lendemain matin pour Paris.

 

Nous avions mis 36 heures pour arriver sur notre lieu de vacances, nous avons mis 5 jours pour rentrer à la maison.

 

Voyage.jpg

 

Le décalage horaire, je ne vous en parle même pas.

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Première fois. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Heureux qui comme Ulysse …

  1. papiluc dit :

    A 14 ans, tu étais déjà une aventurière !

    J'aime

  2. MHF dit :

    Quel voyage et quelle mémoire ! Même le nom des avions, fichtre 😉 J’adore visiter les villes mais tu le sais déjà… Je reviens d’un rêve… Et je n’ai pas encore réalisé…

    J'aime

  3. Cathy dit :

    Un aventurière bien malgré moi ! Je ne sais pas pourquoi je retiens tous ces petits détails. J’ai hâte que tu nous raconte ton beau voyage MH !

    J'aime

  4. Lilith dit :

    Quelle mémoire! Et quel périble! c’est un beau voyage ça, quand on a 14 ans, malgré tous les aléas du périple! J’aimerais beaucoup aller là-bas!

    J'aime

  5. Cathy dit :

    J’aimerais beaucoup y retourner, maintenant le voyage se fait dans la journée. C’est curieux quand j’ai fait des recherches sur l’aéroport de Mirabel, j’ai découvert qu’il avait fermé ainsi que l’hôtel où j’ai sejourné. Promis je n’y suis pour rien !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s