Faites chauffer la colle !

 

 

Nous sommes mercredi et vous commencez à avoir l’habitude de lire ici tous les mercredis ma contribution au groupe des Premières fois.

Vous vous souvenez qu’avec Zette, MHF, Papiluc, Lilith, Joufflette, Sandrine, Emma, Laora et Dominique nous vous dévoilons chaque semaine une première fois… Cette semaine nous avons même accueilli avec joie deux nouvelles recrues : Cerysette et Clem’

 

Vous pouvez participer sur vos blogs ou dans les commentaires et si vous voulez rejoindre nos rangs, vous serez les bienvenus.

 

Le thème de la semaine, c’est la première anecdote dans le monde du travail.

 

Et alors là tenez vous bien mes petits agneaux, parce que des anecdotes comme celle-là, je n’en souhaite à personne ! J’ai du lourd !

 

Dans une autre vie, j’ai bossé. Oui oui comme tout le monde, dans une vraie entreprise enfin non un cabinet plutôt. J’avais un chef et des collègues. Même que certaines collègues, elles avaient pour habitude de fêter les anniversaires. 

Après avoir été raquètée pour quelques cadeaux d’anniversaire, que même ce jour là on allait boire l’apéro en l’honneur de celle qui prennait un an dans les dents, ça a été mon tour !

 

Tout avait pourtant bien commencé. On était allé boire un coup, je crois même qu’on avait déjeuné au resto quand, à notre retour, j’ai été conviée à boire un café dans le bureau des cinglées du cadeau afin de recevoir mon présent !

Leur bureau se trouvait deux étages en dessous du mien, si bien que le café avalé et le cadeau déballé, je devais remonter à mon étage afin d’effectuer mon labeur quotidien.

 

Sur un des bureaux était posé un gros paquet bleu ciel avec un énorme noeud blanc collé sur le dessus.

Après m’avoir présenté leurs meilleurs voeux, elles m’ont donné le top pour dépouiller le papier cadeau. La grosse boite contenait un magnifique déjeuner en porcelaine fine. Deux jolies grandes tasses blanches bordées d’un liseret bleuté et ses sous-tasses nichées dans le satin blanc d’un beau coffret cadeau.

Elles ne s’etaient pas fichues de moi les nanas, c’était splendide !

 

Je remercie chacune d’elles et au moment où je soulève la boite afin de l’emmener avec moi, elle m’échappe des mains et vient s’écraser à mes pieds dans un fracas ne permettant aucun espoir pour la porcelaine.

J’ai vécu un immense moment de solitude, le temps s’est suspendu. J’étais debout au milieu du bureau, tétanisée. Six yeux braqués sur moi, tels six mitrailleuses lourdes. On entendait une mouche voler. Si seulement cette conne avait pu me prendre au vol et m’emmener ailleurs !!!

 

Par terre, le coffret était grand ouvert offrant une vision de désolation. La chutte avait été fatale à la totalité du service. Je pouvais au mieux récuperer la boite en carton et le bout de satin.

J’ai ramassé les morceaux, me confondant en excuses auprès de trois gonzesses qui avaient, toutes les trois, envie de m’étrangler.

 

 

 

Shame.jpg

 

 

Je suis sortie du bureau penaude et… Je ne me souviens plus si je suis retournée un jour boire un café dans ce bureau, ce que je sais en revanche, c’est que nous n’avons plus fêté les anniversaires !

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Première fois. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Faites chauffer la colle !

  1. MHF dit :

    C’est béta 😉 Ca te plaisait vraiment ou c’est un acte manqué ?

    J'aime

  2. Joufflette dit :

    Oh ben merde ! ZE gaffe quoi ! Ton deuxième prénom c’est pas Gastonne ?

    J'aime

  3. Cathy dit :

    MHF, en y réfléchissant bien , c’était peut-être un acte manqué : On m’offrait un tête à tête alors que j’étais célibataire  Joufflette, je ne suis pourtant pas souvent poisseuse mais je crois que ce jour là j’ai pris perpète 

    J'aime

  4. Zette dit :

    J’aime les anniversaires au boulot. Alors je dis vive le service en porcelaine martyr!

    J'aime

  5. Cathy dit :

    tu n’as peur de rien toi 

    J'aime

  6. ysa dit :

    Oh la la, j’aurais pas été à l’aise non plus sur ce coup là !!

    J'aime

  7. Lilith dit :

    Aouch!! C’est moche!

    J'aime

  8. Han, j’imagine le désarroi dans lequel tu as dû te trouver. Cela ne serait pas arrivé avec le magnifique présent offert par d’ex-collègues lors de mon pot de départ (le livre poche d’un illustre inconnu dont le prix encore affiché indiquait 3 euros). 

    J'aime

  9. Cathy dit :

    Un cauchemar, Ysa  Oui Lilith c’est très moche La vie est injuste Sandrine, j’aurais du reçevoir le livre et toi la porcelaine

    J'aime

  10. J’allais te proposer un échange mais je subhodore que tu as jeté le puzzle de ton service tout comme moi, j’ai laissé le bouquin infamant dans le tiroir de mon ex-bureau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s